fr en

Baromètre Gouvernance RH

Quelles pratiques RH dans les groupes français ?

Dans quelle mesure les entreprises françaises intègrent-elles dans leur stratégie les problématiques Ressources Humaines? C’est la question à laquelle la deuxième édition du Baromètre de la Gouvernance RH apporte quelques éléments de réponse. L’enquête, réalisée en 2012 par les cabinets Deloitte et Misceo auprès de 40 sociétés (dont 22 du CAC 40 et 15 du SBF 120), apporte un éclairage sur les pratiques des grands groupes français en matière de gouvernance RH.

 

Le Conseil d’Administration et la gouvernance RH

Si la grande majorité (78%) des entreprises du panel se sont dotées d’un Comité des Rémunérations et d’un Comité des Nominations, conformément aux règles de bonne gouvernance généralement admises, le Conseil d’Administration ne joue un rôle actif ni dans le suivi, ni dans le contrôle des politiques RH de l’entreprise. Il est inégalement informé et tient rarement des réunions dédiées à la stratégie RH.

 

Les Comités Exécutifs et la politique RH de l’entreprise

Les entreprises interrogées semblent avoir des pratiques de plus en plus matures dans ce domaine. Dans la grande majorité des cas, les Comités Exécutifs sont régulièrement informés des politiques RH de l’entreprise. La fonction RH y est représentée dans 88% des entreprises interrogées, et elle est jugée comme prenant une part active dans la stratégie de l’entreprise. Des progrès restent à faire sur le plan de la cartographie des risques RH, et surtout dans la formalisation du reporting RH.

 

L’élaboration et le déploiement des politiques RH

Plus de 3 entreprises sur 4 considèrent que le management participe effectivement à la conception des politiques RH et à leur déploiement. Dans plus de 80% des cas, la dimension RH est prise en compte dans l’évaluation de la performance du management. Les outils d’alignement et de déploiement de la politique RH (plans d’objectifs, revues de performance…) sont largement répandus. De même, 78% des entreprises ont mis en place une gestion prévisionnelle des emplois.

 

La mesure de la performance RH

La question peut être envisagée sous deux angles: la performance de la fonction RH dans l’absolu, et la contribution de la stratégie RH à  la marche globale de l’entreprise. Les pratiques en la matière sont très disparates. En moyenne, une entreprise sur deux intègre la performance RH  dans le tableau de bord de l’entreprise, tandis que deux sur trois disposent d’indicateurs de mesure de la performance RH. Moins d’une entreprise sur deux fait état de la contribution RH auprès du Comité Exécutif.

 

Suivi et contrôle des politiques RH

Les audits RH, qu’ils soient internes ou externes, sont largement répandus, la plupart des entreprises interrogées ayant intégré la dimension RH dans les programmes de l’audit interne. Toutefois, les résultats de ces audits sont peu diffusés au-delà de la sphère RH. Les enquêtes de satisfaction interne sont une pratique relativement courante (88% pour les entreprises du CAC 40, contre 65% pour les entreprises hors CAC 40). La tendance est à un suivi et à un contrôle de plus en plus attentif des politiques RH.

 

Organisation du dialogue avec les parties prenantes

Le dialogue avec les parties prenantes est étroitement lié à la dimension des entreprises. Dans les grands groupes, il se fait notamment à travers les Comités de Groupe. La signature d’accords mondiaux ou régionaux sur le déploiement de la politique RH concerne 88% des entreprises cotées et 41% des entreprises du SBF 120. Parallèlement, une majorité d’entreprises a mis en place des outils ou instances de dialogue.

 

Communication et engagement

La communication RH est désormais complètement intégrée à la communication globale de l’entreprise sur son marché. 90% des sociétés déclarent que la politique RH de leur société fait l’objet d’une communication explicite dans les supports d’information à destination externe. Toutes les entreprises répondantes ont déployé des chartes de comportement éthique et 80% d’entre elles les ont accompagnées de procédures d’information et de recours. Elles ne sont cependant qu’une faible majorité (59%) à contrôler systématiquement le respect des règles de droit locales.

 

> Pour consulter la version complète de l’enquête